01 39 75 80 79

Pourquoi écrire, le point de départ…

Pourquoi écrire, le point de départ...

Arbre-genealogique2 (1)L’arbre généalogique de ma famille contient 5420 noms : il y a nos ancêtres bien sûr, mais aussi leurs frères et soeurs, leurs parrains et marraines, les témoins de mariage et bien d’autres encore. Pour certains d’entre eux, j’ai retrouvé des photos, pour d’autres des documents qui en disent un peu plus sur où et comment ils ont vécu, il y a 50, 100 ou plus de 200 ans. J’ai accumulé des centaines (voire des milliers) d’informations, de sources et d’anecdotes, depuis bientôt 15 ans que le virus généalogique m’a piquée.

Bien sûr, j’ai fait imprimer un arbre gigantesque pour montrer à mes proches tout ce qui avait pu être reconstitué sur l’histoire familiale, mais à chaque fois, on se disait qu’il faudrait prendre le temps de détailler tout cela. Pour eux qui découvraient ces noms, ces dates et ces histoires, c’était trop d’informations d’un coup, qu’ils avaient du mal à retenir.

C’est comme cela que l’idée m’est venue : l’écriture était le meilleur moyen de leur transmettre cette mine d’informations qu’était devenue ma généalogie. Mais par où commencer ? De billets en billet, je vais tenter de vous livrer le cheminement qui a été le mien dans l’écriture de mon livre de famille, accompagné de points clés pour tenter de vous éviter bien des déconvenues, car, sachez-le, il s’agit d’une véritable aventure personnelle à laquelle il faut être un minimum préparé.

Savoir pourquoi et pour qui écrire

Le commencement est donc de savoir pourquoi vous souhaitez écrire, mais aussi pour qui. L’angle de vue et le contenu de votre texte va découler de votre réponse à ces questions : s’agit-il de retracer votre parcours de recherche ? s’agit-il de raconter comment d’indices en preuves, vous avez avancé dans la collecte d’informations et reconstitué une histoire familiale oubliée ? souhaitez-vous au contraire focaliser votre histoire familiale dans une époque particulière, centrée autour d’une personne ou un couple marquant ? ou bien encore, de manière plus ambitieuse écrire la saga familiale sur plusieurs siècles en retraçant vos origines sur plusieurs siècles ?

Une fois le “pourquoi” déterminé, la question du “pour qui” vous permettra de définir votre style d’écriture et la forme finale de votre récit. Un texte biographique sera agréable à lire pour les adultes, tel un roman, dans lequel les plus curieux apprécieront les repères historiques et le fourmillement de détail. En revanche si vous souhaitez intéresser un plus jeune public, envisagez une forme plus ludique avec un texte entrecoupé d’illustrations diverses qui aideront à les captiver de pages en pages. N’oubliez pas qu’ils n’ont que peu, voir pas du tout, connu le 20e siècle et que pour eux, imaginer les années 70-80, c’est déjà un voyage dans le temps !

Si ces quelques conseils peuvent paraître évidents, il convient de ne pas les négliger car il vous aideront à définir les contours de votre travail d’écriture, afin de ne pas vous perdre une fois lancé : il y a vite fait de partir dans tous les sens ou de se décourager !

Ceci étant dit, cette première réflexion est insuffisante, car ce qui bloque beaucoup d’entre nous sur le fait de se lancer, c’est avant tout de savoir comment structurer son récit. De la crainte de ne pas savoir faire ou des souvenirs angoissés de vos dissertations d’étudiant, il y a mille raison de penser que l’on ne saura pas faire… et pourtant, mon crédo est que n’importe qui, avec de la volonté, est capable d’écrire son histoire… La suite : 5 idées de plans pour structurer son histoire

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à notre newsletter

Email
Nom
Prénom