01 39 75 80 79

Calculer le pourcentage de ses origines

Calculer le pourcentage de ses origines

ou comment déterminer d’où vient une famille ?

MappemondeLa question des origines familiales est toujours centrale dans les livres de famille sur lesquels je travaille : bien souvent le plan des livres en dépend et des chapitres différents sont consacrés à ceux qui viennent d’ici ou de là..
Parfois c’est aussi ce qui a motivé la recherche généalogique en témoigne cet extrait de l’avant-propos d’un livre édité au printemps dernier “j’ai souhaité procéder à quelques recherches suite à un repas familial où la question posée était de savoir si nous étions bretons de souche ou non”.

Questionnement récurrent dont les éléments de réponses sont éminemment subjectifs et plus philosophiques que factuels : car aujourd’hui la plupart des familles sont disséminées un peu partout dans le monde et l’origine n’est plus l’enracinement à une terre, mais plus une histoire culturelle et de traditions régionales que l’on entretient, ici ou ailleurs.
Il y a aussi ceux pour qui la question des origines est un sujet complexe : mon mari, par exemple, a des origines familiales si diverses que la discussion sur ses origines se transforme le plus souvent en un cours de maths sur les fractions : 1/4e alsacien, 1/8e vendéen, 1/32e sénégalais, 1/64e suisse, 1/64e anglais… un véritable micmac !

Mode de calcul

En travaillant sur les outils de généalogie visuelle récemment lancés par Brins d’Histoires, il fallait imaginer une façon de calculer et de représenter les origines d’une famille à partir des informations contenues dans le GEDCOM…

Pour effectuer un calcul censé, il fallait partir d’un principe simple : nous nous sommes donc inspirés de ce qui se fait en génétique, principe selon lequel un individu hérite pour moitié de l’origine de ses parents… Ainsi si dans une famille, la branche maternelle a vécu à Lille et celle du père autour de Bordeaux, les origines sont à 50/50 du Nord et de Gironde. Mais la question des origines n’est jamais aussi basique et il fallait définir une règle pour prendre en compte les subtilités si dans la branche lilloise, une partie des ancêtres venaient avant des Flandres et une autre de Picardie…

Concentration des événements dans mon GEDCOM (en dégradé de rose à bleu les naissances, en blanc les autres événements).

Concentration des événements dans mon GEDCOM (en dégradé de rose à bleu les naissances, en blanc les autres événements).

Nous avons donc commencé par mon GEDCOM, car il devait être un cas « simple » : en effet, quand la question de mes origines se posent, j’ai toujours l’habitude de dire que je suis “100% pur beurre”… il faut dire qu’avec mes origines finistériennes concentrées pendant 5 siècles entre Crozon et Penmarch, la question ne s’est jamais posée : je suis bretonne. point. Je m’attendais donc à voir sortir pour le Finistère un chiffre proche de 100% (laissant une part d’aléa pour mon très lointain ancêtre ardennais venu s’établir en presqu’île à la fin de l’Ancien Régime).

J’étais loin du compte : origines Finistère = 86%…
?? comment ? quel est ce bug ? où est l’erreur de calcul ?

Après de multiples vérifications, le calcul était bien correct. Dans mon fameux « 100% pur beurre », j’oubliais qu’un de mes arrière-grands-pères n’est pas connu et que son origine, qui pèse pour 1/8 dans mon ascendance, est supposée parisienne (lieu de naissance de ma grand-mère)…

Après avoir pesté, puis avoir évidemment remis le principe en question afin de réobtenir mes 100% ou presque, j’ai du m’y résoudre : si lorsque je fais la somme les naissances par département j’obtiens bien un chiffre proche de 100% pour le Finistère dans ma généalogie, certaines branches remontent plus loin dans le temps que d’autres. Les sommes obtenues ne sont donc que le reflet de l’avancement de mes recherches et certainement pas une base fiable pour en déduire des pourcentages sur les origines familiales.

Voici un exemple d'une généalogie aux origines très diffuses calculées par le même principe

Voici un exemple d’une généalogie aux origines très diffuses calculées par le même principe

Même si il n’y a aucune manière de calculer exactement l’origine d’une famille, avec cette règle quand chaque individu hérite pour moitié de l’origine de ses parents et que l’on affecte un « poids » à chaque génération dans le calcul (50/50 pour les parents, 25/25/25/25 pour les grands-parents, etc.), le résultat est réaliste et reflète plus la réalité que la sommes des naissances par département.
Depuis quelques temps, un mythe familial s’est donc écroulé sur nos origines : 88,7% pour le Finistère, 0,8% pour les Ardennes et 12,5% pour… Paris. Mais chuuuuut… ne le dites à personne !

Retrouvez-nous sur les réseaux sociaux

Inscrivez-vous à notre newsletter

Email
Nom
Prénom